Colonisation israélienne, génocide palestinien ?

On croise souvent ces termes dans les manchettes de certains médias, ou sur les réseaux sociaux. Faisons le point...

Ainsi donc, les israéliens sont de méchants colons (au détriment des populations arabes...) et se comportent si durement à l'égard des "palestiniens" qu'on peut parler de génocide...

Stupidité ou désinformation ?

Nous reviendrons sur la situation des "palestiniens" (terme impropre s'il en est, puisque les véritables palestiniens sont ceux qui vivaient en palestine, plus précisément en Judée Samarie... et qu'il s'agit bien entendu principalement des juifs. Mais admettons, puisque sur ce plan comme sur bien d'autres, tout le monde a pris le pli de la déformation de l'histoire. Dans cet article, je ferai référence à la "Palestine" en tant que somme des territoires contrôlés par l'autorité palestinienne et Gaza.


La "colonisation" israélienne

Bien que généralement citoyens de seconde zone, les juifs étaient largement présents dans les pays arabes en 1948, année de la création d'Israël. Selon les estimations, on évalue leur nombre entre 800.000 et 1 million.

Voici une des répartitions officiellement disponibles (principalement basée sur Nathan WEINSTOCK, Une présence si longue, Comment le monde arabe a perdu ses Juifs, 1947-1957. Plon, 2008, p 328)

Population juive en 1948 dans les pays arabes et en Judée Samarie
Algérie 140.000
Egypte 75.000
Iraq 150.000
Liban 20.000
Libye 38.000
Maroc 265.000
Palestine 30.000
Syrie 30.000
Tunisie 105.000
Yemen 63.000

Combien en reste-t-il aujourd'hui ?

Quelques milliers en Iran, au Maroc, en Tunisie... et pour les autres pays il s'agit de quelques dizaines d'individus, voire d'une seule famille. Disons 5.000 en tout.

Et 0 en Palestine, bien évidemment. De toutes façons, l'espérance de vie d'un touriste à Gaza dégaînant une kippa (par exemple) serait très courte...

La réalité est donc qu'il s'agit tout simplement, suite à des progroms, spoliations, menaces... à un exil forcé des juifs des pays arabes dans lesquels ils étaient "intégrés" jusque là. On a donc clairement fait payer à ces populations la création de l'état d'Israël. Il s'agit d'un nettoyage ethnique par la peur.

Le "génocide" palestinien

Pendant ces quelques dizaines d'années (entre 1948 et maintenant), quel fut donc le sort des arabes vivant en Palestine ou plus généralement en Israël ? 

Eh bien, la population des palestiniens (vivant à Gaza et dans les territoires sous contrôle de l'autorité palestinienne, pour rappel) a été multipliée par 5 ou 6... de même que les populations arabes vivant sur le territoire Israélien (1,5 million actuellement soit 18% de la population totale contre 350.000 en 1948).

Quel génocide !

De plus, ces arabes israéliens sont loin de citoyens de seconde zone, très bien intégrés, participant au développement économique, scientifique, certains même sont intégrés dans Tsahal, sans parler des élus au parlement.

Quelques chiffres, en vrac (sondage commandé en 2018 par le journal Israel Hayom et conduit par le New Wave Research Institute)

  • 60% des arabes israéliens sont diplômés (combien dans les pays arabes ?)
  • 73% ont un sentiment d'appartenance à l'état hébreu (combien de racailles de 2e ou 3e génération dans les territoires perdus de la République en disent autant à l'égard de la France ?)
  • 60% sont fiers d'être israéliens...

 

Finalement, il s'agit de stupidité ET de désinformation.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec une *

Quelle est la quatrième lettre du mot bqyfm ? :