Le 2 poids 2 mesures permanent des médias...

Incroyable, à chaque fois c'est la même chose ! Le monde à l'envers !

Reprenons en résumant au maximum :

7 octobre 2023

  • un pogrom se produit dans le sud d'Israël, en face de Gaza, à l'initiative de l'organisation terroriste Hamas. Les antisémites (dont des députés LFI en France) évoquent un acte de résistance, de libération de la Palestine (alors que les localités attaquées ne se situent nullement dans les zones disputées !), se gardent bien de qualifier cette organisation de terroriste et remettent en question la réalité ou l'ampleur des événements. Plus de 1000 morts.
  • les médias dénoncent cet acte assez franchement et majoritairement (pour une fois) mais laissent se développer sur les plateaux ou dans leurs colonnes des débats hallucinants, par exemple sur le nombre de bébés décapités. On demande même parfois à Israël de... prouver le massacre qui est intervenu.
  • peu de temps après, les populations musulmanes, dans certains cas malgré les interdictions, manifestent dans les rues pour dénoncer les représailles (pourtant ciblées) de Tsahal voire carrément avec des slogans anti Israël et antisémites (ben voyons).

17 octobre 2023

  • à l'occasion d'un énième tir massif de roquettes en direction d'Israël de la part du Djihad Islamique (autre mouvement terroriste lui aussi issu des Frères Musulmans), qui tombent aussi sur des villes "Palestiniennes" et sur Jérusalem (censée être le 3e lieu saint de l'Islam) ou peu de temps après leur lancement sur Gaza elle-même, le "bombardement d'un hôpital" de Gaza est rapporté, avec un nombre de victimes qui s'étoffe rapidement (jusqu'à 500).

(carte marquant les roquettes retombées aux alentours, et dont tout le monde se fiche puisqu'Israël n'y est pour rien...)

  • aussitôt, la majorité des médias internationaux reprennent sans aucune précaution des communiqués du Hamas, sur le thème "crime de guerre" d'Israël, qui a ciblé un hôpital, voyez comme ils sont détestables. Certains "grands" journalistes comme G Malbrunot sur Twitter participeront au délire collectif, sans parler de LFI bien entendu. Même notre "adolescent pas fini, grand vide" y est allé de son twitt précipité et donc à côté de la plaque, "en même temps"...
  • dans beaucoup de pays musulmans, les rues sont brusquement emplies de manifestants, appelant à la guerre sainte, tenant la France ou Macron pour responsables du "massacre de l'hôpital al-Ahli baptiste de Gaza" (ben voyons).

 

Dans les 12 heures qui suivent, beaucoup de médias (dont involontairement Al Jazeera) font circuler des images du fameux tir de roquettes par dessus l'hôpital en question, accompagnées par des démentis formels de Tsahal, d'un enregistrement audio du groupe terroriste, qui appuient la thèse d'un lancement raté ou d'une fragmentation de la roquette en plein vol, dont les débris et la charge utile apparemment, sont retombés sur l'hôpital, ou plus précisément sur... son parking.

 

(aucun cratère sur cette photo, ce qui élimine l'hypothèse d'une frappe par Tsahal, s'il en était vraiment besoin)

 

Bizarrement, une demi journée après les événements, les 500 morts sont déjà passés à 200, toujours si l'on fait confiance aux communiqués des terroristes car il faudra expliquer comment, alors que l'hôpital semble intact, 200 personnes pouvaient se trouver sur le parking. A moins que la roquette n'ait fait exploser un dépôt de munitions caché sous ou à côté de l'hôpital (puisque le Hamas se planque derrière les civils).

On finira peut-être à 20 morts ?

 

En résumé, Israël doit toujours se justifier, alors que les médias font aveuglément confiance aux communiqués d'un groupe terroriste, et une proportion importante de la population des pays voisins trouve toujours un prétexte pour descendre dans la rue cracher sa haine des juifs. Pile ils gagnent, face on perd. Avec la complicité d'une partie des politiques et une responsabilité écrasante de la plupart des médias. C'est à gerber.

 


 

[addendum du 19 octobre 2023]

 

Dans la frénésie de cet événement du 17, j'avais loupé quelques éléments.

 

Tout d'abord, on n'est pas allés jusqu'à 500, mais 1000 (plus de 1000 pour être "rigoureux", d'après l'ancien boss du CCIF Marwan Mouhtruc). Bah oui, quand on peut accuser Israël, il convient d'en faire des caisses, pourquoi se gêner ? De toutes façons, la rue arabe ne retiendra que les premières annonces et attribuera les modérations ultérieures à la mainmise des juifs sur le "gouvernement mondial" ou sur les médias, pas vrai ?

 

 

Au final si l'on reprend le fil Twitter de G. Malbrunot (qui a dû être un grand journaliste à un moment, je ne sais pas... à moins que son seul mérite n'ait été d'avoir été captif ?), on passe en 24h de ça :

 

(on notera la maîtrise du conditionnel, je suppose qu'il y a des cours sur cette notion dans les écoles de journalisme...)

 

à ça :

 

 

Attention, ce genre de pirouette est réservé à des professionnels, ne tentez pas ça chez vous !

 

PS : finalement, avec mon bilan de 20, j'étais pas si mal. C'est tellement facile avec les islamopithèques, il faut dire...

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec une *

Quelle est le troisième caractère du mot id1syvl ? :