Palestine, palestiniens... de quoi parlons nous ?

L'adjectif "palestinien" désigne de nos jours un peuple soi-disant brimé, violenté, dépossédé de sa terre ancestrale, et la Palestine est censée correspondre à la patrie de ce peuple. Qu'en est-il en réalité ?

L'histoire est riche d'enseignements (et cruelle avec les désinformateurs).

Que trouve-t-on par exemple dans le Larousse de 1925 ?

PALESTINE : contrée de la Syrie, entre la Phénicie au N., la mer Morte au S., la Mediterranée à l’O., et le désert de Syrie à l’E., arrosée par le Jourdain. C’est une bande de terre étroite, resserrée entre la mer le Liban, et parcourue par le Jourdain, qui s’y jette dans la mer Morte. Elle est appelé aussi, dans l’Ecriture sainte, Terre de Chanaan, Terre promise et Judée. C’est aujourd’hui [en 1925, ndlr] un État juif sous le mandat de l’Angleterre ; 770.000 habitants. Capitale Jérusalem.

Il s'agit donc d'une terre juive, et d'ailleurs les journaux ne s'y sont pas trompés, en des temps reculés, en titrant sur l'envahissement de la Palestine par "les arabes"

Le drapeau présenté dans les vieux manuels (1935) ne dit pas autre chose, celui de la Palestine est affublé d'une drôle d'étoile, et n'affiche pas beaucoup de nuances vertes (un souci chez l'imprimeur, peut-être ?).

Il est indiscutable que rien ou presque n'existait sur cette terre avant la création de l'État juif, et de nombreux textes en témoignent :

  • « La souveraineté juive sur cette terre s’est prolongée sur 1 400 ans… C’est les Juifs qui ont implanté la culture et les coutumes en s’y étant installé de manière permanente » (Ibn Khaldun, un des historiens arabes les plus crédibles, 1377)
  • « Il n’y a rien à Jérusalem mis à part des vieux murs » (Edouard Webbe, 1590)
  • Nazareth, « un village minuscule et sans importance », Jéricho, « une bourgade minable et sale », Acre, « une désolation » (Henry Maundrell, 1697)
  • « La Terre Sainte est VIDE, désolée et manquant de tout, qui manque d’habitants » (Thomas Shaw, archéologue britannique, 1738)
  • « La région est sous-peuplée et est restée économiquement stagnante jusqu’à l’arrivée des premiers pionniers sionistes dans vers la fin des années 1880, qui sont venus pour reconstruire la terre juive » (commission royale Britannique, 1913)

Les exemples sont légion.

Les juifs n'ont donc pas envahi une terre peuplée d'arabes, ils ont simplement repris possession de leur terre, comme en attestent régulièrement des découvertes archéologiques.

Les arabes n'y étaient présents que sous forme de tribus, souvent nomades. Le peuple palestinien (au sens qu'on lui donne aujourd'hui) n'a aucune racine antérieure au 19e siècle, voire au vingtième ! Il s'agit d'une invention, pour des raisons politiques et accessoirement aucun des leaders "palestiniens" n'est né dans la bande de Gaza ou dans les territoires "occupés", ils sont en fait Jordaniens, Egyptiens, Syriens...

Les "palestiniens" n'ont jamais eu ni président ou roi, ni capitale, ni hymne national, ni armée  ou faits d'armes, ni savants, ni relations diplomatiques, ni drapeau.

Le peuple "palestinien" et la "Palestine" n’existaient pas avant que les arabes les inventent de toutes pièces dans le but d'anéantir Israël.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec une *

Quelle est la cinquième lettre du mot bihxwe ? :