Israëlections

Quelques éléments sur la démocratie parlementaire d'Israël, démontrant que son système politique est très proche de ce que nous pratiquons en "occident".

Un régime parlementaire

Israël est une démocratie parlementaire. Des élections législatives sont organisées (au maximum) tous les 4 ans au scrutin proportionnel avec un seuil de 3,25%. Les 120 sièges de la Knesset sont répartis à la proportionnelle aux candidats des partis ayant franchi ce seuil. S'ensuit la constitution, parfois difficile, d'une coalition de gouvernement (sauf si un seul parti est majoritaire), qui détermine le pouvoir exécutif assuré par le premier ministre.

Un processus complexe

  • 14 listes aux élections d'avril 2019,
  • 11 listes en septembre 2019, dont :
    • 1 liste unifiant 2 partis arabes (un non sioniste et un anti-sioniste), qui arrive en 3e position aux élections de septembre.
    • 1 de gauche radicale (anti-sioniste),
    • 1 d'extrême gauche (anti-sioniste).

Des affaires, de petits arrangements...

Le premier ministre (au moment de la préparation de l'article) Netanyahou suspecté dans 3 affaires de corruption en cours d'instruction (ce qui a largement pollué les campagnes d'avril et de septembre 2019). Un ancien politique, Ehoud Barak, suspecté de liens avec un homme d'affaires américain impliqué dans des affaires sexuelles...

Des alliances changeantes, trahisons, petites phrases, un partage des surplus de votes (afin d'aider un parti à franchir le seuil de 3,25%), un vote "traditionnel" en fonction des origines (ashkénazes d'europe de l'est / séfarades du bassin méditerranéen)...

Bilan à mi-parcours : jusqu'ici, cela ne vous rappelle rien ? Personnellement, je trouve les ressemblances avec ce que l'on trouve partout sur le continent Européen ou de l'autre côté de l'Atlantique... frappantes !

Mais on peut ajouter une particularité...

La présence des femmes

Une femme (et quelle femme !), Golda Meir, a participé à la création de l'état d'Israël, puis a été ministre des affaires étrangères et enfin 1er ministre pendant 5 ans (1969-1974) (3e femme dans le monde à ce niveau de responsabilité).

Une autre, Ayelet Shaked, vient d'être ministre de la justice pendant 4 ans puis tête de liste en avril et septembre 2019. Il est possible que sa carrière soit encore à écrire...

Autrement dit, on a à mon avis un système politique aussi avancé que les démocraties que nous pratiquons depuis des dizaines d'années, et même plus ouvert que dans la plupart des pays démocratiques si l'on considère la place accordée aux femmes.

BILAN

Au moyen orient, royaumes, républiques théocratiques, émirats... sont la règle, Israël l'exception avec sa démocratie.

D'un côté on condamne à la lapidation, aux coups de fouet, ou à la peine de mort pour tout et n'importe quoi. De l'autre on a un système judiciaire chapeauté par la Cour Suprême qui exerce entre autres le contrôle juridictionnel des décisions du gouvernement.

D'un côté on combine, on magouille (!), on élit, y compris des femmes, et tout le monde se présente et vote, y compris la population arabe... de l'autre on règne en despote.

D'un côté on multiplie les élections quand une coalition de gouvernement n'est pas trouvée ou éclate, de l'autre (Gaza, Cisjordanie, Jérusalem est) on n'a pas connu d'élection depuis 14 ans, et aucun juif n'est admis au vote.

Mais Israël continue à être qualifiée d'état d'apartheid par certains...

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec une *

Quelle est la quatrième lettre du mot eofnob ? :